PRIX LITTÉRAIRE

" Prix littéraire Honoré de Balzac " 2021

" Prix littéraire Honoré de Balzac " 2020

" Prix littéraire Honoré de Balzac " 2019

 

" Prix littéraire Honoré de Balzac " 2021

Après une sélection réunissant 6 ouvrages, le jury du Prix Honoré de Balzac a dévoilé le lauréat 2021. Il récompense le grand retour de Philippe GRIMBERT, pour son ouvrage
Les morts ne nous aiment plus paru le 5 mai 2021 aux éditions Grasset ; un nouveau roman après 7 ans, et le succès spectaculaire du livre Un secret en 2004.

Revisitant le mythe d'Orphée, entre conte philosophique et récit d'un deuil impossible, ce bref roman d'une efficacité redoutable pousse jusqu'à sa logique extrême tout ce que les recherches de pointe en matière d'intelligence artificielle permettent d'imaginer dans un horizon proche, si les barrières éthiques tombent...

Tous les romans de Philippe Grimbert narrent des histoires ensorcelantes qui permettent aux lecteurs de porter un autre jugement sur les complexités de la psychanalyse et du fonctionnement corps humain.

Philippe Grimbert, psychanalyste de renom, est l'auteur de cinq romans aux éditions Grasset, La petite robe de Paul, Un secret (Prix Goncourt des Lycéens 2004, Prix des Lectrices de Elle, Prix Wizo en 2005) vendu à 1 600 000 exemplaires en France et adapté à l'écran par Claude Miller, La mauvaise rencontre, Un garçon singulier, Nom de Dieu.

Philippe Grimbert recevra au Salon du Livre de Tours du samedi 20 novembre 2021, le « Prix Honoré de Balzac 2021 » décerné par le Jury de Livres en Loire.

 

Autres livres en compétition

 

 

" Prix littéraire Honoré de Balzac " 2020

© Audrey Dufer

Après une sélection réunissant 7 ouvrages, le jury du Prix Honoré de Balzac a dévoilé le lauréat 2020. Il récompense un roman fort : aussi doux que brut, sombre que flamboyant, triste et plein d'espoir. Un texte lumineux et déchirant.

Il s'agit du primo-romancier Thibault Bérard, pour son ouvrage Il est juste que les forts soient frappés paru en janvier 2020 aux éditions de l'Observatoire.

Un récit d'une légèreté et d'une grâce bouleversantes, entre rires et larmes, dont on ressort emprunt de gratitude devant la puissance redoutable du bonheur.

Thibault Bérard donne la parole à son héroïne, alors que la mort vient de l'emporter. Avec des phrases limpides et efficaces, en maniant humour et énergie, ce livre réussit à ne jamais tomber dans le larmoyant. Bien sûr que l'on est ému, bien sûr que la gorge se noue, bien sûr que les larmes perlent aux paupières devant l'injustice de la vie. Une quête effrénée du bonheur.

Thibault Bérard est né à Paris en 1980. Après des études littéraires, il devient journaliste, puis éditeur. Il est depuis treize ans responsable du secteur romans aux Éditions Sarbacane.
Ce livre est son premier roman.

Le prix devait être remis au lauréat lors du Salon du Livre à l'Opéra de Tours le samedi 14 novembre 2020. En raison du confinement dû à la crise sanitaire, la remise officielle du prix fut différée.

 

Interview de Thibault Bérard du 16 avril 2021 par Guillaume Colombat de RCF Touraine
Lien audio

 

Remise officielle du Prix Honoré de Balzac 2020 à Thibault Bérard
retardée en raison de l'annulation du Salon du Livre du 14 novembre 2020
et des consignes sanitaires liées à la pandémie de Covid-19

Entretien réalisé par Philippe Chauveau avec Monique Lefaucheur


 

Autres livres en compétition

 

" Prix littéraire Honoré de Balzac " 2019

© Melania-Avanzato

Après une sélection réunissant 6 ouvrages, le jury du Prix Honoré de Balzac a dévoilé le lauréat de l'année 2019. Il récompense un livre profondément humain et lumineux malgré le tragique de l'histoire, un livre qui dépeint la noirceur des hommes sans tomber dans la désespérance.

Il s'agit du primo-romancier Yoan Smadja, pour son ouvrage "J'ai cru qu'ils enlevaient toute trace de toi" paru en avril 2019 aux éditions Belfond. A travers l'histoire d'un jeune couple et de son enfant, Yoan Smadja retrace, vingt-cinq ans après, le génocide rwandais dans un premier roman bouleversant. "J'ai cru qu'ils m'étouffaient. J'ai cru qu'ils effaçaient ce que nous avions vécu. J'ai cru qu'ils étaient des dizaines ou des milliers. J'ai cru qu'ils enlevaient toute trace de toi. J'ai cru qu'ils enlevaient toute trace de moi. Peut-être que le Rwanda et moi ne faisions plus qu'un. Ils nous ont violés au même instant."

Yoan Smadja a mené des études de Relations internationales (HEIP) et d'Histoire (Université de Tel Aviv). Il a travaillé dans des secteurs divers : organisations non gouvernementales, service économique de l'ambassade de France en Israël, agroalimentaire.

 

Autres livres en compétition